Curry de poisson aux rougets : ingrédients et préparation

Publié le : 24 janvier 20225 mins de lecture

Lorsque nous étions, récemment, en vacances sur une île des Caraïbes françaises (probablement la Martinique), j’ai pris une longue machette entre les dents et j’ai grimpé pieds nus sur un cocotier, comme un local. En haut, j’ai coupé une des noix avec la machette, qui, en un clin d’œil, a ensuite heurté une pierre en bas et s’est fissurée.

Moi aussi, comme la noix coupée, j’ai perdu pied et je suis tombé à l’envers du palmier. Dès que j’ai touché le sol, j’ai ouvert les yeux et j’ai réalisé : j’étais allongé dans mon lit, en sueur (après tout, je viens des Caraïbes), mais indemne.

J’ai probablement rêvé de tout cela à cause de ce curry de poisson que j’avais mis au menu la veille. Et obstinément, comme on l’est souvent en tant que blogueur culinaire, il y a eu, aussi, la décision de servir mon curry fini sans curry dans des coquilles de noix de coco. Enfin, du lait de coco est ajouté au curry, et ce qu’il y a à frire est, également, ajouté à une fine huile de coco biologique, que j’ai découverte avant mes vacances avec les experts en nutrition de www.nu3.de, et qu’ils m’ont fournie.

Il ne restait plus qu’à se procurer la noix de coco, et surtout, il fallait l’ouvrir de manière à pouvoir l’utiliser comme un bol ! Ce que, soit dit en passant, je ne pouvais faire qu’avec un étau et une scie. Bien sûr, comme pour toutes les situations de la vie, vous pouvez trouver sur Internet un sac entier rempli d’instructions astucieuses (voire stupides).

Un conseil récurrent sur le web est que si vous frappez la noix de coco avec un marteau aux bons endroits, elle finira par se diviser en deux parties égales. Mais qui croit cela ? Des forums entiers sont remplis de ce charabia.

Si je vivais dans les Caraïbes et que j’avais des noix de coco à volonté, je l’essaierais certainement. Comme mes compétences manuelles sont handicapées par deux pouces gauches, j’ai préféré percer deux petits trous dans la noix de coco avec le tournevis sans fil, laisser l’eau de la noix de coco s’écouler et ensuite, couper la noix de coco en deux avec une petite scie. Les petits bols pour notre poisson au curry sans curry sont prêts !

Du poisson au curry sans curry ?

En lisant les ingrédients de la recette suivante, le mangeur quelque peu inexpérimenté se demande pourquoi ce plat est appelé « curry » alors qu’il ne contient pas de poudre de curry ? La réponse a été donnée dans la phrase précédente. Il faut distinguer entre la « poudre de curry » et le curry.

En Inde, d’où vient le terme curry, un seul mot désigne une « sauce » avec diverses épices et des ajouts de poisson, de légumes et/ou de viande. Les curry sont, donc, des ragoûts à base de sauces crémeuses. La poudre de curry du mélange d’épices, en revanche, reste de la poudre de curry.

Un mot encore sur la liste des ingrédients : dans la recette ci-dessous, on utilise des rougets assez chers. Vous pouvez, également, utiliser du maquereau frais ou d’autres poissons fermes comme la dorade ou le bar (Loup de mer).

Si vous avez déjà le poisson en filets et que vous laissez de côté l’effort avec la noix de coco, le plat est bien adapté à la catégorie de la restauration rapide. La production ne dure alors que 20 minutes.

Ingrédients pour 4 personnes – curry de poisson

* 1 piment rouge * 3 cuillères à soupe d’huile de noix de coco * 1 cuillère à café de graines de coriandre * ½ cuillère à café de curcuma * 4 gousses d’ail * gingembre frais (de la taille d’une noix) * ½ cuillère à café de Bochshornklee (moulu) * 4 oignons rouges * 150 ml de lait de coco (non sucré) * 250 ml d’eau * 4 filets de rouget à environ 200 g (ou de bar ou de maquereau) * sel * poivre du moulin.

Préparation du curry de poisson

Hachez le piment, les graines de coriandre, les gousses d’ail et le gingembre avec une cuillère à soupe d’huile de coco et 20 ml d’eau dans un petit mixeur. Épluchez et coupez les oignons en deux et coupez-les en demi-anneaux. Faire sauter le mélange d’épices avec le reste de l’huile de coco à feu moyen. Notez que l’huile de noix de coco a un point de fumée assez bas (194 degrés). Cela signifie qu’il ne doit pas être surchauffé !

Ajoutez, également, les oignons et faites-les suer jusqu’à ce qu’ils deviennent transparents. Déglacer avec le reste de l’eau et le lait de coco, laisser mijoter pendant 10 minutes avec le trèfle de Bochhorn, le sel et le poivre, en remuant constamment. Dans les cinq dernières minutes, ajoutez les beignets de poisson, que vous avez préalablement coupés en gros morceaux. Lorsque les filets sont à peine terminés, le plat est prêt. Bien sûr, le riz va bien avec.

Top 10 des recettes de tofu
6 épices ou mélanges d’épices pour découvrir de nouvelles saveurs

Plan du site